Je danse depuis que j'ai deux ans. Bon, c'est pas vraiment de la danse quand on a deux ans, mais c'était quand même dans un cours de danse, parce que ma sœur - qui a sept ans de plus que moi, était dans un club. Du coup, visiblement puisque je ne me rappelle absolument pas, à deux ans, j'ai fait mon caca nerveux, je suis montée sur scène alors que ma sœur y était avec ses potes et du coup, ma prof de danse - qui après est devenue ma prof de danse pendant quinze ans a dit "non, mais laissez-la sur scène, on va se débrouiller, on va lui faire faire un truc". Le truc s'est reproduit avec mon petit frère qui, une fois que ces deux sœurs y étaient a fait le même caca nerveux et ma prof a réagi pareil en disant OK.

 

Quand je suis arrivée à Paris, on est partis avec toute ma boite, et j'ai vu qu'il y avait des filles qui dansaient. Et en septembre d'après, j'ai commencé les cours avec les nanas de ma boite - et en commençant ses cours, j'ai rencontré Pauline. Avec Pauline on s'est vraiment découvertes par la danse et je ne pensais pas qu'à nos âges - vieux, au taf, je rencontrerai quelqu'un comme ça. Et à notre spectacle de cette année, on avait un duo toutes les deux avec Pauline et la sœur de Georges a pleuré en nous regardant danser toutes les deux.

 

Le fait de ressentir quelque chose en voyant quelqu'un danser, qui parle même pas, je trouve que c'est hyper fort. C'est presque plus fort que parler, parce que parler, tu sais ce qu'il veut dire, alors que danser... Tu interprètes ce qu'elle est en train de faire. Tu peux aussi penser à toi et dans quel état d'esprit tu es, toi, aujourd'hui. Ça va peut être faire ressortir des trucs auxquels tu prends pas le temps de réfléchir, tu prends pas le temps de te poser. Je pense que plus tu es bien dans tes pompes et plus tu es bien dans ta vie, plus c'est facile de te mettre à poil sur scène. Quand tu es ado, c'est hyper dur. Plus tu vieillis et plus la danse, le corps dans la danse, devient un outil de communication. Et ça m'aide à communiquer sur scène et hors scène et avec moi-même parce que je suis bien dans mes pompes.C'est évident que la danse ça aide à être bien dans ses pompes.

 

J'ai fait un stage à Los Angeles l'année dernière pendant dix jours, de danse. Le cours que j'ai fait aux États-Unis qui m'a le plus plu - le prof était un mec, Jason Gorman, c'est un prof de contemporain, il est incroyable, et son assistant, c'est un mec qui était en surpoids, qui était blond platine. Bref, le mec, tu le repères et tu le regardais danser... C'était hallucinant. Et ce prof est dingue parce que le dernier cours qu'on a fait avec lui, justement, comme il veut qu'on apprenne à regarder les différences extérieures, il faisait passer les gens par groupes. Et par exemple, il a fait danser tous les mecs ensemble et il voulait que les filles regardent pour voir ce que ça donnait. Il a fait passer tous les nouveaux ensemble pour dire aussi aux plus vieux : OK, ça fait dix ans que vous êtes dans mon cours, mais regardez, ils expriment les choses différemment, il y a des choses à apprendre d'eux, et il nous a fait tout un laïus à la fin. J'avais envie de pleurer parce que tu le regardes danser et tu vois sa manière de réfléchir, de choisir son assistant, de faire passer les gens en groupe pour qu'on apprenne des autres. Et ça prône vachement de choses sur la tolérance, l'écoute des autres, etc. Et c'est presque... On se disait ça avec Pauline en sortant : ça devient presque un prof de vie plus qu'un prof de danse, tu vois, quand tu sors de ces cours-là.

 

Je pense que nécessairement, les gens qui font de la danse et qui en font longtemps, c'est des gens qui veulent exprimer quelque chose à travers ça, parce que sinon ça sert à rien de faire de la danse, autant te simplifier la vie et pas retenir de choré. C'est que t'as envie d'y mettre un morceau de toi. Donc, oui, effectivement, le contemporain, c'est plus facile de sortir et de... Et même parfois notre prof, quand on lui dit "mais là, les bras, ils sont où ?" - parce qu'on a envie d'être un peu scolaires, comme on nous a appris à le faire pendant des années, il fait "bah je m'en fous, faites ce que vous voulez". Et c'est pas grave parce qu'on ne fait pas toutes la même chose sur scène et c'est joli quand même. Et on fait toutes les choses qu'on voulait faire.

 

En fait, la spécificité de la danse, c'est qu'on est un groupe, mais qu'on danse toute seule. Mais il n'empêche que s'il n'y a pas une vraie cohésion de groupe, ça se voit quand même sur scène parce que c'est hyper rassurant de te raccrocher au regard de quelqu'un que tu connais. Quand tu es sur scène et qu'il te sourit, tu lui rends son sourire et ça dure une seconde et c'est furtif et parfois, les gens ne le voient même pas. De rentrer sur scène et de voir quelqu'un que tu connais, que tu apprécies, qui te connaît, qui t'apprécie, qui vit la même chose que toi à ce moment là... On est adultes, on a toutes des caractères différents, on a toutes un passif différent, on danse pas pareil, on est pas foutues pareil, on ne fait pas la même taille, on n'a pas la même souplesse, mais c'est pas grave. L'amour de la danse rapproche les gens. Le fait qu'on soit toutes là à 20 heures pour danser, ça veut dire qu'on a toutes de l'amour pour la danse - et pour notre prof qui est incroyable. Et c'est ça qui aide et qui génère un truc sur scène.

 

Je trouve que c'était vraiment symbolique de ça quand Fab et Cécile, au mariage, on fait une choré tous les deux. Ils ne sont pas à l'aise pour faire un discours à mon mariage, mais par contre, ils nous ont fait une chorée de dix minutes de dingue tous les deux. Et c'était vachement fort pour moi parce qu'ils savaient ce que ça représentait pour moi et parce que je savais, je comprenais très bien pourquoi est-ce qu'ils n'étaient pas à l'aise avec les mots, et pourquoi est-ce que c'était beaucoup plus facile pour eux de faire ça en dansant. Honnêtement, ça m'a plus touchée que n'importe quel discours ce jour-là. Il y a pas mal de gens qui sont venus m'en parler et que ça a touchés aussi.

Et c'est un peu la conclusion sur ce qu'on dit depuis le début sur la danse. C'est que ça m'a touchée personnellement parce que j'ai une histoire avec mon frère et ma sœur à la danse. Mais je pense que ça a touché d'autres gens pour des raisons qui n'ont absolument rien à voir avec mon frère et ma sœur et qu'ils ne maîtrisaient pas du tout. Mais ce n'est pas grave parce qu'ils ont touché des gens et que finalement... C'est ça...

©2018 by échappées libres - le podcast. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now